Archives départementales des Hautes-Pyrénées Département des Hautes-Pyrénées
Archives départementales des Hautes-Pyrénées
Rejoignez-nous sur Facebook Suivez notre flux RSS

Accueil > Archives en ligne > Accès géographique > Liste des communes > L > Laslades

Archives en ligne

Laslades

Cette notice est extraite du dictionnaire toponymique des Hautes-Pyrénées


Altitude : 330 m.

Superficie : 526 ha.

Population :
1999 : 301 hab.
1846 : 382 hab.
1806 : 278 hab.
1429 : Désert

Saint patron :
sainte Foi, 7 octobre

Sobriquet :
Los avocats : " les avocats"  (Enquête C.G. 1986). Los fats : "les sots. Fats veut dire aussi recherché dans sa toilette" (Rosapelly, vers 1910)

Historique administratif :
Pays et sénéchaussée de Bigorre. Quarteron de Tarbes. Baronnie de Luc. Canton de Tarbes (1790), puis d'Aubarède (1801), dont le chef-lieu est transféré à Pouyastruc en 1803.

 

Prononciation locale figurée : [lah'ladoh]

Dénominations historiques :
De Lauanflada, de Lananflada (1313, Debita regi Navarre).
De Lanaslada (1342, Pouillé Tarbes).
de Savaflada (1379, Procuration Tarbes).
Laflade ou Laslade (1429, Censier Bigorre).1
Laslades (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
- Dauzat et Rostaing (DENLF) : Article las et latin lada (= large, sous-entendu : terre).
- Abbé Nègre (TGF 21180) : Pluriel du gascon lade (= plateau en montagne, flanc large de montagne).
- R. Aymard (DNLHP) : Lanas ladas = landes étendues.

Discussion :
Les hypothèses de Dauzat et Nègre sont périmées du fait qu'ils n'avaient pas connaissance des attestations anciennes dont nous disposons. Las n'est pas un article défini, mais le résultat d'un "écrasement" du mot lanas (= landes) comme cela se produit fréquemment quand il se trouve en position initiale non accentuée (cf. en Béarn Lamayou, Lalongue, Lalonquette qui sont en réalité Lanamajor, Lanalonga, Lanalonqueta).

Etymologie :
Du gascon lanas ladas (latin lanas latas) : Landes étendues.

Nom occitan :
Lasladas.
L'original reste à voir; le Censier contient d'autres formes bizarres. Les formes attestées en 1313, 1379 et 1429 semblent résulter d'erreurs de transcriptions ou de lecture (u pour n, f pour s). Mais cette fréquence n'est-elle pas en elle-même source de questions ?

Ressources disponibles



Espace personnel