Archives départementales des Hautes-Pyrénées Département des Hautes-Pyrénées
Archives départementales des Hautes-Pyrénées
Rejoignez-nous sur Facebook Suivez notre flux RSS

Accueil > Archives en ligne > Accès géographique > Liste des communes > O > Oursbelille

Archives en ligne

Oursbelille

Cette notice est extraite du dictionnaire toponymique des Hautes-Pyrénées


Altitude : 322 m.

Superficie : 1 133 ha.

Population :
1999 : 1 198 hab.
18536 : 913 hab.
1806 : 651 hab.
1429 : 60 feux

Saint patron :
saint Etienne, 3 août

Sobriquet :
Los porrotèrs "les éleveurs de dindons". Mais il ne faut peut-être pas prendre cette expression au sens littéral, si l'on en croit Rosapelly (vers 1910) : "Par pourrots, dindons, il faut entendre, paraît-il, les jeunes gens de cette localité. Grands, forts, de belle allure, ils seraient, comme les dindons, fiers et irascibles. Leurs parents sont appelés pourroutès parce qu'ils passent pour développer dans leurs fils la tendance à la violence contre les étrangers. Cette réputation semble injustifiée. Sans doute, il fut un temps où la jeunesse d'Oursbelille montra sa vaillance en frappant dur sur le dos des jeunes gens de Bordères, de Juillan, d'Ibos, d'Andrest, de Gayan et de Siarrouy. Ces combats sont devenus légendaires dans la plaine de Tarbes ...".

Historique administratif :
Pays et sénéchaussée de Bigorre. Quarteron de Tarbes. Canton de Tarbes puis d'Ibos (1790), puis de Tarbes-Nord (1801), d'Aureilhan (1973), et de Bordères-sur-l'Echez depuis 1982.

 

Prononciation locale figurée : [our] [bé'lilo]

Dénominations historiques :
Orz (entre 1130 et 1163, Cartulaires Bigorre ; XIIe s., ibid. ; 1285, Montre Bigorre).
D'Ors (XIIe s., Cartulaires Bigorre).
Ordz (1251, Du Bourg).
Ortz (1281, Livre vert Bénac ; 1313, Livre vert Bénac).
De Ortio, latin (1342, Pouillé Tarbes).
Ors, Ortz, Hortz (1429, Censier Bigorre).
Ours (1614, Guillaume Mauran).
lieu de Belile, jadis Ours (1650, ADHP, B ).
Ourbelile (1768, Duco).
Ourbelille (1790, Département 1).
Ours Belisle (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
- Dauzat et Rostaing (DENLF), Abbé Nègre (TGF) : Rien.
- R. Aymard (DNLHP) : En bonne conception féodale, il semble bien s'agir de l'adjectif roman
ord, ort de horridum (qui fait horreur) . Quoi de plus repoussant que la terrible forteresse dont
nous restent des pans de murs ? Un vrai castel horrible.

Discussion :
1- Au premier nom Ors, s'est substitué progressivement vers le 14°s. le nom de Belille. Puis les deux noms ont été juxtaposés au 18°s.
2- Concernant la première partie, la phonétique s'oppose au discours très romantique de Robert Aymard. Elle s'oppose également au nom latin Ursus (= Ours) qui serait prononcé [ouss] par assimilation du r au s. (Comparer avec le village de Sentous qui signifie "Saint Ours").
3- Concernant Belille, il semble bien être admis, dès le Moyen-Age, que sa signification est bien Bella Insula (belle île). Mais à quoi s'applique-t-elle ? Est-ce le nom du château et pourquoi un château se serait-il appelé ainsi ? Est-ce un nom donné à la localité ? On se demande alors si le simple fait d'être situé au confluent de l'Echez et de son minucule affluent le Souy suffirait à mériter le nom d'île.

Etymologie :
Première partie probablement NP obscur. La deuxième partie signifie évidemment belle île, mais la raison de cette appellation reste à découvrir.

Nom occitan :
Ors-Belila.

Hameaux et quartiers principaux (noms occitans) :
La Montjòia.

Ressources disponibles



Espace personnel