Archives départementales des Hautes-Pyrénées Département des Hautes-Pyrénées
Archives départementales des Hautes-Pyrénées
Rejoignez-nous sur Facebook Suivez notre flux RSS

Accueil > Archives en ligne > Accès géographique > Liste des communes > R > Ricaud

Archives en ligne

Ricaud

Cette notice est extraite du dictionnaire toponymique des Hautes-Pyrénées


Altitude : 300 m.

Superficie : 330 ha.

Population :
1999 : 54 hab.
1851 : 338 hab.
1806 : 184 hab.
1429 : 5 feux

Saint patron :
Notre Dame de l'Assomption, 15 août

Dicton :
A Ricau, que's hiquèn un harri au metau. "A Ricaud, on mit un crapaud dans la marmite". Peut-être en souvenir d'un conte rapporté par Rosapelly (vers 1910), ou simple allusion à la pauvreté supposée du lieu.

Historique administratif :
Pays et sénéchaussée de Bigorre. Quarteron de Tarbes. Canton de Tournay depuis 1790.

 

Prononciation locale figurée : [rri'kaw]

Dénominations historiques :
de Ricaldo, latin (1300, Enquête Bigorre).
Guillelmus Arnaldi de Ricaut, latin et gascon (ibid.).
Larricau (1313, Debita regi Navarre).
De Ricali, latin (1342, Pouillé Tarbes).
Arriquau, Ariquau, Riquau (1429, Censier Bigorre).
Ricau (1614, Guillaume Mauran ; 1737, Registres paroissiaux).
Ricau (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
- Dauzat et Rostaing (DENLF) : NP germanique Harik-wald.
- Abbé Nègre (TGF) : Rien, mais pour un Ricaud de l'Aude : NP germanique Ricaldus
- R. Aymard (DNLHP) : Ruisseau chaud, ensoleillé.

Discussion :
1- Il n'y a aucune raison de traiter ce toponyme autrement que le nom du village béarnais Arricau (Canton de Lembeye). J'avais déjà dit, à ce propos (DTCB), que l'explication de Dauzat (NP germanique Harik-Wald) nous faisait "atteindre les sommets de la stupéfaction".
C'est évidemment la présence d'un t ou d final parasite dans certaines attestations, qui a pu suggérer ce surprenant Harikwald.
2- De même, certaines attestations (avec t/d final) pourraient faire penser à un "ruisseau chaud", mais elles sont minoritaires.
La première partie du nom est soit arrèc/arric (= ravin, thalweg), soit (ar)riu qui se réduit fréquemment à (ar)ri en composition (cf. NP Rimajou). L'adoption de l'un ou l'autre ne change d'ailleurs pas grand chose à la signification d'ensemble du nom.
4- Concernant la seconde partie, on peut hésiter entre le suffixe qualitatif -au (latin -alem) ou l'adjectif cau (= creux). D'où quatre combinaisons dont deux seules sont possibles :
-(ar)ric + -au aurait abouti à rigau plutôt qu'à ricau.
-(arr)iu + -au aurait abouti à rivau/ribau et non à ricau.
-(ar)ric + cau (= creux) est possible et aboutit à ricau.
-(ar)ri(u) + cau (= creux)est possible également.
5- A titre de confirmation, on notera le cas de Ricau (écart de la Commune de Saint-Lanne) latinisé en 1096 Rivus Cavus (Charte de La Reule. Cf. Lejosne DTHP).

Etymologie :
Première partie: Gascon arriu réduit à ri : Du latin rivum (= cours d'eau) ou arric (= ravin, cours d'eau) .
Deuxième partie : Gascon cau, du latin cavum (= creux).

Nom occitan :
Ricau.

Hameaux et quartiers principaux (noms occitans) :
Era Sèrra, eth Horquet.

Ressources disponibles



Espace personnel