Archives départementales des Hautes-Pyrénées Département des Hautes-Pyrénées Rejoignez-nous sur Facebook Suivez notre flux RSS
Archives départementales des Hautes-Pyrénées

Accueil > Archives en ligne > Accès géographique > Liste des communes > T > Trie-sur-Baïse

Archives en ligne

Trie-sur-Baïse

Cette notice est extraite du dictionnaire toponymique des Hautes-Pyrénées


Altitude : 240 m. 

Superficie : 1 120 ha.

Population :
1999 : 1 033 hab.
1851 : 1 767 hab.
1806 : 1 004 hab.
an II-III : 1176 hab.

Saint patron :
Notre Dame des Neiges, 5 août

Sobriquet :
Los ahumats : « les enfumés, ou plutôt ceux qui sont enveloppés par les brouillards de la vallée » (Rosapelly, vers 1910) . Los pèla-l'ardit ou pilha-l'ardit : « les pèle-liard » ou « pille liard », c'est à dire les usuriers (Rosapelly, vers 1910) . Los Mahés : « ceux qui s'exclament ma he ! « ma foi » (Rosapelly) .

Historique administratif :
Lalanne est une dépendance politique de Trie. Sénéchaussée de Toulouse. Election de Rivière-Verdun. Chef-lieu de canton depuis 1790. Lalanne, d'abord commune (1790), aurait été ensuite réunie à Trie contre le voeu de ses habitants, érigée à nouveau en commune à la fin de 1791, mais les limites des deux communes n'auraient été fixées qu'en 1798. Trie prend le nom de Trie-sur-Baïse en 1966. 

 

Prononciation locale figurée : [tri'yo]

Dénominations historiques :
bastida de Tria (1325, Coutumes Trie)1
de Tria, latin (1405, Décime Auch).
Trie (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
- Dauzat et Rostaing, Abbé Nègre : Rien, mais pour d'autres toponymes semblables et généralement situés en pays d'Oïl, ils donnent comme étymon le francique thresk (= jachère) ou le français d'oïl trie (= terrain en friche).

Discussion :
Hypothèses à rejeter. En effet, il s'agit d'une bastide fondée en 1322 par le sénéchal de Toulouse Jean de Trie (la Charte de fondation étant de 1323). Quant à l'origine de Jean de Trie, on peut penser à Trie-Château, actuellement dans le département de l'Oise, qui serait donc la localité éponyme.

Etymologie :
Du nom de Jean de Trie, sénéchal de Toulouse.

Nom occitan :
Tria.

Hameaux et quartiers principaux (noms occitans) :
Cestiàs, Manaucèra, Ribaròlas, Solancèra.
Coutumes accordées aux habitants de la nouvelle bastide par Jean de Trie, sénéchal de Toulouse et d'Albi.

Ressources disponibles



Espace personnel