Beyrède-Jumet-Camous

Cette notice est extraite du dictionnaire toponymique des Hautes-Pyrénées


Altitude : 689 m. 

Superficie : 1 590 ha.

Population :
2016 : 188 hab.
1999 : 217 hab.
1832 : 652 hab.
1806 : 493 hab.
1776 : 45 feux

Saint patron :
saint Martin (11 novembre) à Beyrède
saint Geniès (25 août) à Jumet


Sobriquet :
Eths sogalhèrs de Beireda, « les marchands de mauvaise laine de Beyrède ». « Sogalhèrs vient de sogalh, qui veut dire laine des parties inférieures du mouton et de la brebis » (Rosapelly, vers 1910).
Eths esclopèrs de Jumet, « les sabotiers de Jumets ». « Les habitants de ce village avaient jadis la spécialité de cette fabrication » (Rosapelly, même date)

Historique administratif :

Sénéchaussée de Toulouse. Election de Comminges. Canton de Sarrancolin (1790), puis d'Arreau depuis 1801. Jumet, d'abord commune du canton de Sarrancolin en 1790, est rattachée entre 1791 et 1801 à Beyrède. 

 

Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre. Canton de Neste, Aure et Louron. Beyrède-Jumet fusionne avec la commune de Camous le 1er janvier 2019.

 

Beyrède

Prononciation locale figurée : [bey'rédo]

Dénominations historiques :
Arnaldus de Beireda, latin et gascon (1216, Actes Bonnefont).
De Beyreda (1387, Pouillé Comminges).
Beyrede. (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
- Dauzat et Rostaing (DENLF) : Cf. le provençal veire (= terre inculte, jachère) et suffixe collectif -eta (?).
- Abbé Nègre (TGF 22494) : Peut-être déformation du gascon bareyte (= terre labourable, guéret).
- R. Aymard (DNLHP) : "Beirède est un terme gascon ayant trait à la verrerie." Il y a eu d'ailleurs une industrie du verre dans ce village.

Discussion :
Les suggestions de Dauzat et de Nègre ne résistent pas à l'examen. Boisgontier était tout à fait de cet avis.
Le radical Beire- peut fort bien provenir du latin vitrum (cf. Beyrie, Labeyrie dans les Pyrénées-Atlantiques). Phonétiquement, la proposition de R. Aymard est tout à fait correcte. Le sens serait alors "emplacement d'anciennes verreries". Boisgontier est très réticent sur cette interprétation pour l'unique raison (assez forte, il est vrai) que le suffixe -ede (latin -etam) ne s'adjoint normalement qu'à des noms de végétaux.
Mais si l'argumentation phonétique donnée par R. Aymard (concernant le radical) est étayée par la preuve historique de la présence effective d'anciennes verreries, la coïncidence devient si troublante qu'on est amené à penser qu'il y a peut-être une exception à la règle qui veut que -ede < -etam soit toujours un suffixe collectif végétal.

Etymologie :
Peut-être du gascon veire (latin vitrum) + suffixe (= verrerie)

Nom occitan :
Veireda.

 

Jumet

Prononciation locale figurée : [yu'mét]

Dénominations historiques :
de Jumeto Vezano, de Jumeto, latin (1387, Pouillé Comminges).
Jumet. (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
- Dauzat et Rostaing (DENLF), Abbé Nègre (TGF) : Rien.
- R. Aymard (DNLHP) : Très probable : Du gascon jumèu (= jumeau. Latin gemellum) utilisé comme NP

Discussion :
L'hypothèse de R. Aymard est astucieuse. Gemellum peut bien aboutir à Jumet. Mais ce NP n'est pas attesté dans le recensement donné par Berganton. Par ailleurs, coïncidence troublante, deux villages jumeaux, deux Jumet, sont cités au Moyen Age, presque en vis-à-vis de part et d'autre de la Neste, Jumet Vezan, rive gauche au sud de Beyrède, et Jumet Membrat, rive droite, au sud d'Ilhet.
Cependant on considèrera ces remarques comme trop fragiles pourqu'on puisse en tirer une conclusion assurée.

Etymologie :
Enigmatique.

Nom occitan :
Jumet.

Hameaux et quartiers principaux (noms occitans) :
Escalèra.

 

Camous

Altitude : 625 m.

Superficie : 329 ha.

Population :
2016 : 25 hab.
1999 : 17 hab.
1836 : 161 hab.
1806 : 140 hab.
1753 : 13 feux

Saint patron :
saint Laurent (10 août)


Sobriquet :
Eths carcolhèrs, "les chercheurs ou mangeurs d'escargots", selon Rosapelly (vers 1910).

Historique administratif :

Sénéchaussée d'Auch. Pays des Quatre-Vallées. Vallée d'Aure. Canton de Sarrancolin (1790), puis d'Arreau (1801).


Prononciation locale figurée : [ka'mous]

Dénominations historiques :
De Camorcio, latin (1387, Pouillé Comminges).
Camours (1767, Larcher, Cartulaire Comminges).
Camous (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
- Dauzat et Rostaing (DENLF) : Dauzat : Gascon camou (= terrain fertile voisin du Gave : Dict.
de S. Palay) ; ancien provençal cambon.
- Abbé Nègre (TGF) : Rien.
- R. Aymard (DNLHP) : Admet l'hypothèse de Dauzat tout en reconnaissant que la fréquence du
r dans les attestations anciennes pose un problème.

Discussion :
La plupart des auteurs qui ont tenté une hypothèse ont rattaché le nom de ce village à la série des Camous ("terrain fertile au bord d'une rivière"), lui-même dérivé du fameux cambo gaulois (courbure de rivière) qui a donné tous les Cambons et Chambons bien connus. On ne peut admettre cette hypothèse qu'en lui faisant subir quelques ajustements.
1- Il est difficile de dissocier ce Camous de son homonyme Camors (canton de Bordères-Louron) qui, lui, ne se trouve sur aucune rivière. C'est d'ailleurs le cas de bien des camons gascons et des cambons languedociens. Donc, "terrain fertile": Oui ; "au bord d'une rivière": Pas nécessairement.
2- Pour ces deux villages, si on met à part certaines dénominations souvent étranges qui nous ont été rapportées (Cf. Lejosne), on s'aperçoit de la constance de la séquence rs (parfois réduite à s, comme il est normal en phonétique gasconne). Cette constance empêche de considérer le r comme un accident de parcours et le s comme une marque du pluriel.
On est donc conduit à considérer Camors, dans le cas des deux villages comme la forme correcte. En conséquence, la latinisation de 1387 (de Camorcio) nous livrerait (peut-être ?) la clé de ce nom : Camon + Orsius (NP).
Voir note en Annexe.

Etymologie :
Probablement de Camon (= terrain fertile). Finale énigmatique.

Nom occitan :
Camors.

Hameaux et quartiers principaux (noms occitans) :
Shagarda