Archives départementales des Hautes-Pyrénées Département des Hautes-Pyrénées
Archives départementales des Hautes-Pyrénées
Rejoignez-nous sur Facebook Suivez notre flux RSS

Accueil > Archives en ligne > Accès géographique > Liste des communes > P > Poueyferré

Archives en ligne

Poueyferré

Cette notice est extraite du dictionnaire toponymique des Hautes-Pyrénées


Altitude : 360 m.

Superficie : 620 ha.

Population :
1999 : 780 hab.
1861 : 674 hab.
1806 : 536 hab.
1429 : 24 feux

Saint patron :
Notre Dame de l'Assomption, 15 août à Poueyferré
saint Germé, 16 mai, à Angosse

Sobriquet :
Eths crabèrs "les chevriers. C'est d'Arbéost, de Ferrières, et surtout de Poueyferré, que sont les chevriers qui hivernent dans les principales villes de France" (Rosapelly, vers 1910) .

Historique administratif :
Pays et sénéchaussée de Bigorre. Quarteron de Lourdes. Canton de Saint-Pé (1790), de Lourdes (1801), puis de Lourdes-Ouest depuis 1973. Saint-Germès, commune en 1790, lui est rattachée entre 1791 et 1801.

 

Prononciation locale figurée : [pouy (h)a'rrè]

Dénominations historiques :
Puey Ferrier, Puei Feirer1ou Puei Ferrer (entre 1130 et 1163, Cartulaires Bigorre).
De Podio Ferrerio, latin (1313, Debita regi Navarre).
De Podio Ferrarii, latin (1342, Pouillé Tarbes).
de Podio Ferrerii, latin (1379, Procuration Tarbes).
Poey Ferrer, Poeyferrer, Poey Ferrer (1429, Censier Bigorre).
Poeyfarre (1541, ADPA, B 1010).
Poiferré (1760, Larcher, Pouillé Tarbes).
Pouyferré (1790, Département 1).
Poeyferre (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
- Dauzat et Rostaing (DENLF) : latin podium (= lieu élevé, colline au sommet arrondi) + épithète.
- Abbé Nègre (TGF 22025) : Gascon local puy et gascon arré (= arrière, situé au nord), mal traduit par les cartographes en Poueyferrié, d'après Palay qui ajoute: "Il n'y a pas du tout de fer dans cette localité."
- R. Aymard (DNLHP) : Récuse l'hypothèse de Palay, en donnant à l'adjectif ferrèr une signification symbolique (de fer, redoutable).

Discussion :
Dauzat évite de se compromettre en ne proposant aucune interprétation pour l'adjectif ferrèr. Quant à Palay il commet une énorme bévue : Les cartographes ne courrent pas les campagnes depuis le 12°s ! Certes, Palay ne disposait pas d'attestations anciennes. Il est évident qu'il a dû s'appuyer sur la prononciation locale de ce nom [Pouy (h)arrè] pour conclure de là qu'il s'agissait de Puèi arrèr. L'Abbé Nègre a eu grand tort d'accepter sans examen cette explication.
Que l'adjectif soit ferrèr ("qui a rapport au fer") est un fait incontournable. Donc, ou bien il y a eu une industrie du fer dont on ne retrouve pas trace, ou bien il faut supposer comme R. Aymard que "ferrèr" a un autre sens, par exemple "ferme, solide, redoutable". Dans ces conditions Poeyferrèr serait une appellation féodale dissuasive.

Etymologie :
Du gascon puei (latin podium = hauteur) et ferrèr latin (ferrarium = de fer).

Nom occitan :
Poiharrèr.

Hameaux et quartiers principaux (noms occitans) :
Sent-Germers, Angòssa.
Les formes comportant dans le Cartulaire de Bigorre de Pau un -rr- sont généralement écrites dans le Cartulaire de Bigorre de Bordeaux avec un -ir-. A ma connaissance, l'éditeur du document n'a pas encore tranché sur la restitution de cette forme : -ir- ou -rr-.

Ressources disponibles



Espace personnel