Archives départementales des Hautes-Pyrénées Département des Hautes-Pyrénées Rejoignez-nous sur Facebook Suivez notre flux RSS
Archives départementales des Hautes-Pyrénées

Accueil > Archives en ligne > Accès géographique > Liste des communes > B > Bagnères-de-Bigorre

Archives en ligne

Bagnères-de-Bigorre

Cette notice est extraite du dictionnaire toponymique des Hautes-Pyrénées


Altitude : 551 m. 

Superficie : 12 586 ha.

Population :
1999 : 8 038 hab.
1851 : 9 508 hab.
1806 : 6 001 hab.
1300 : 800 feux

Saint patron :
saint Vincent, 22 janvier

Sobriquet :
Pour Bagnères eths cuus-lavats « les culs-lavés » à cause des bains.

Historique administratif :
Pays et sénéchaussée de Bigorre. Quarteron de Bagnères. Chef-lieu de canton depuis 1790. Esquieou, Esquiou ou Vallée de Bagnères, non mentionnée dans la première répartition de 1790, est citée comme commune du canton de Campan dans la seconde, et paraît avoir été rattachée de fait à Bagnères et à son canton en 1801 ou avant et officiellement en 1802. Lesponne est citée comme commune du canton de Campan de 1790 à 1801, et rattachée à Bagnères et à son canton en 1802. Soulagnets, non mentionnée dans la première répartition de 1790, est citée comme commune du canton de Campan dans la seconde et jusqu'en 1801, et rattachée à Bagnères et à son canton en 1802.

 

Bagnères

Prononciation locale figurée : [ba'gnéras]

Dénominations historiques :
A Banheras, A Bagneres (XIIe s., Cartulaires Bigorre).
Bagneres (1285, Montre Bigorre).
de Bagneriis, latin (ibid. ; 1300, Enquête Bigorre ; 1342, Pouillé Tarbes).
de Banheriis (1300, Enquête Bigorre ; 1313, Debita regi Navarre).
Banheras (1429, Censier Bigorre).
Baignères (fin 18°s. Carte de Cassini).
Bagnères 1865 (Lejosne).
Bagnères de Bigorre/Bagnères-de-Bigorre 1992 (Dictionnaire des communes. Ouvrage à caractère officiel. Ed . Lavauzelle).

Hypothèses précédentes :
- Accord général : latin balnearia : De balneum + suffixe -arias.

Discussion :
Le nom actuel de la ville n'est attesté qu'à partir de 1171. Les dénominations latines antérieures sont Vicus aquensis (= le village des eaux), Aquæ bigerritanas (Les eaux bigourdanes).
N.B. Le suffixe latin -arias doit normalement donner -èras (avec è ouvert), mais la présence d'une nasale (nh) produit la fermeture du è -> é, donc Banhéras.

Etymologie :
Du latin balnearias (= bains établis sur des sources thermales. )

Nom occitan :
Banheras (de Bigòrra).

 

Soulagnets

Prononciation locale figurée : [soula'gnéts]

Dénominations historiques :
quartier des Soulagnets (1749, Registres paroissiaux).
Soulagnets (1790, Département 2).
Soulaignet (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
- R. Aymard (DNLHP) : Gascon. Diminutif de solan (= terre au soleil).

Discussion :
Cette hypothèse est vraisemblable pour ce quartier dont le nom n'est documenté que très tardivement.

Etymologie :
diminutif de solan (= versant de montagne bien exposé au soleil. Au pluriel)

Nom occitan :
Solanhets.

 

Lesponne

Prononciation locale figurée : ['éra 'spouna]

Dénominations historiques :
Lesponne (1750, Registres paroissiaux ; 1790, Département 1 et 2).
Lesponne (fin 18°s. Carte de Cassini).

Hypothèses précédentes :
Néant.

Discussion :
Le mot espona est un toponyme assez répandu en Gascogne et pas seulement dans la zone de haute montagne. Il provient du latin sponda (réduction nd > n). Le sens premier du mot latin est "bord du lit", puis "flanc d'un navire". Le mot gascon évoque un flanc de montagne, une dénivellation de terrain, allongée, pouvant former bordure ou limite naturelle.
Il est vraisemblable que ce nom désigne ici d'abord la longue vallée presque rectiligne où coule l'Adour de Lesponne et que ce n'est que secondairement qu'il a été appliqué à la petite localité qui en est le centre.

Etymologie :
Gascon espona (du latin sponda) : bord, versant, flanc de montagne.

Nom occitan :
Er' Espona.

Ressources disponibles



Espace personnel