Les registres paroissiaux

Le registre paroissial était tenu par le curé pour relever les baptêmes, mariages et sépultures constatés dans la paroisse. Ce registre était tenu en double exemplaire : un exemplaire était conservé dans la paroisse tandis que l’autre exemplaire était transmis au greffe du baillage ou sénéchaussée (aujourd’hui tribunal d’instance) qui a ensuite été versé aux Archives départementales.

C’est l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 qui rend obligatoire la tenue des registres de baptêmes dans les paroisses. Puis l’ordonnance de Blois en 1579 impose l’enregistrement d’une part des mariages afin de lutter contre les mariages clandestins et d’éviter la bigamie et d’autre part des sépultures. La tenue en double exemplaire est instaurée par une ordonnance d’avril 1667 en exigeant le dépôt annuel d’un exemplaire au greffe des tribunaux d'Ancien Régime. Elle ne devient systématique qu’après une nouvelle ordonnance de 1737.

 

Ne sont numérisés intégralement que les cahiers paroissiaux déposés au greffe (1620-1792). Les registres paroissiaux des communes sont en cours de numérisation depuis l’été 2020 avec une mise en ligne progressive. A ce jour, vous pouvez consulter les actes paroissiaux des communes commençant par les lettres A à G.

 Accéder aux actes paroissiaux de la collection du greffe et de la collection communale (communes A à G)